HTC a annoncé hier que l'entreprise taiwannaise allait tenter de redresser la barre après un début d'année catastrophique. Au programme, un objectif de diminution des coûts de 35%, ainsi que le licenciement ou non-renouvelement de 15% des salariés.

Un contexte difficile pour HTC

Le secteur des smartphones est extrêmement compétitif, comme chacun sait, en particulier en Asie. HTC se bat contre Apple et Samsung sur le haut de gamme, et contre des fabriquants chinois tels que Xiaomi ou Huawei sur le milieu et bas de gamme.

Outre cette compétition très rude, les marchés financiers n'ont pas non plus été cléments pour HTC. La bourse de Taipei, le Taiwan Stock Exchange (TWSE), a perdu 17% depuis mai, étant fortement affecté par les évolutions des marchés chinois.

Dans le même temps, les investisseurs de HTC sont devenus très frileux et peu satisfaits des résultats de l'entreprise. Depuis le début de l'année 2015, les actions du fabricant de smartphones ont perdu plus de 60% de leur valeur, tombant à un niveau auquel, comme le font remarquer certains analystes, la capitalisation boursière de l'entreprise est inférieure aux liquidités dont elle dispose.

HTC a raté une marche

HTC était considéré il y a quelques années comme une entreprise très innovante. En 2000, elle commercialisait l'un des premiers téléphones avec un écran tactile. En 2011, elle commençait la distribution du premier smarphone compatible 4G aux Etats-Unis.

Mais depuis quelques temps, rien ne va plus, et l'entreprise perd les parts de marché qu'elle a peiné à accumuler. Elle ne représente aujourd'hui plus que 2% des parts de marché mondiales. Les résultats financiers de l'entreprise sont en outre catastrophiques, comme le montrent les graphiques suivants :

htc

Outre le chiffre d'affaires en baisse constante, le plus inquiétant vient de la marge opérationnelle négative, un fait rare chez des entreprises matures : s'il est normal qu'une startup peine à gagner de l'argent, une entreprise industrielle qui plus est, ne devrait pas se trouver dans une telle situation.

Cette marge négative est en partie due à la non-utilisation de l'équipement industriel du Taiwannais : les coûts fixes des équipements non utilisés se sont élevés à plus de 90 millions de dollars.

La seule lueur d'espoir pour l'entreprise taiwannaise est sa tentative de diversification vers le secteur de la réalité virtuelle. Mais il est peut-être déjà trop tard, surtout face à une concurrence rude venant d'Oculus Rift, soutenu par les moyens financiers immenses de Facebook, sa société-mère.

htcVR
HTC veut se positionner face à l'Oculus Rift
Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.