Etsy, une plateforme de vente en ligne fondée en 2005, a été introduite en bourse la semaine dernière. La particularité de cette entreprise qui est à présent cotée sur le Nasdaq ? Elle se donne une mission sociale plutôt que purement pécuniaire.

goodthings

 

Etsy, une « B corporation »

Etsy est une plateforme de vente en ligne, à l’image de eBay, Amazon ou encore Alibaba : l’entreprise ne vend pas de produits elle-même, mais met en relation des vendeurs et des acheteurs. Elle se distingue de ses concurrents de par la nature des produits qui y sont échangés : uniquement faits main ou produits en petites quantités. 95% des  1,4 millions de vendeurs sur Etsy mènent leur activité depuis chez eux. Cette recette rencontre un grand succès, et les 19,8 millions d’acheteurs ont dépensé près de 1,93 milliards de dollars sur le site internet et l’application mobile de Etsy en 2014.

Etsy porte une attention toute particulière aux usagers de sa plateforme : son but est en effet de transformer notre perception des échanges marchands : plutôt que des transactions commerciales, la société veut créer des relations humaines entre de petits producteurs et des consommateurs avertis et responsables, afin de créer de véritables communautés.

Pour parvenir à ses fins, Etsy essaye d’encourager l’entreprenariat, en proposant des formations, mais aussi divers services aux vendeurs qui choisissent sa plateforme : Etsy peut par exemple gérer l’envoi des colis, mais aussi assister les petits fabricants dans leurs démarches administratives et financières.

certified

Toutes ces caractéristiques valent à Etsy d’être labellisée « B corporation » par le « B Lab », une désignation destinée aux entreprises attentives au bien-être de leurs fournisseurs et clients, à leurs employés, et à leur environnement social ou géographique.

 

Quand la bourse aime le social

Il est clair que le modèle économique d’Etsy met d’abord en avant des valeurs sociales, et non la recherche du profit. Dans ces conditions, il était très intéressant d’observer l’accueil qui serait réservé à l’entreprise sur les marchés financiers lors de son introduction en bourse le 16 avril dernier. Les 16,7 millions d’action de l’entreprise ont non seulement toutes été vendues au prix de 16$, mais elles ont même gagné 87,5% lors de la première séance, finissant à 30$. Un signe on ne peut plus clair que l’entreprise a attiré l’œil des investisseurs.

Ces derniers n’ont pu qu’investir en toute connaissance de cause : Etsy a martelé avant son entrée en bourse que ses valeurs passeraient toujours devant le profit, et que son développement à long terme pourrait s’effectuer au détriment des résultats à court terme.

dickerson

Le seul point noir d’Etsy vient de son statut : il s’agit en effet d’une entreprise à but lucratif qui n’a pas inscrit définitivement sa mission sociale dans ses statuts. Le Delaware, état dans lequel est déclarée l’entreprise, permet depuis 2013 de remédier à ce problème en changeant la forme juridique de l’entreprise en en faisant  une « public benefit corporation ». Toutefois, un tel changement de statut doit être approuvé par 90% des actionnaires… Une majorité tellement écrasante que la tâche des dirigeants actuels sera extrêmement ardue s’ils souhaitent graver dans le marbre les valeurs sociales d’Etsy.

 

Cet article a été rédigé pour Cowcotland et peut être retrouvé à l’adresse suivante : http://www.cowcotland.com/news/47436/cowcot-entreprises-etsy-economie-numerique-service-societe.html

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.