Jeudi dernier, Avago Technologies, un groupe Singapouro-américain fabricant des semi-conducteurs, a annoncé le rachat de son concurrent américain Broadcom, pour un total de 37 milliards de dollars. L’industrie des semi-conducteurs est en train de changer et fait émerger des acteurs toujours plus grands et plus dominants.

Les fusions et acquisitions s’intensifient

Les fusions et acquisitions ont le vent en poupe : le tableau suivant nous montre les plus grandes fusions et acquisitions ces 5 dernières années :

fusions

La tendance est très claire : les trois premières transactions sont largement plus grande que les suivantes, et ont toutes été annoncées ces derniers mois. Sur les trois derniers mois, ce sont ainsi près de 70 milliards de dollars qui ont été dépensés pour augmenter la concentration dans l’industrie des semi-conducteurs, en seulement trois acquisitions.

L’acquisition de Broadcom par Avago est la deuxième plus grande dans cette industrie, juste derrière l’acquisition de SDS par JDS Uniphase en 2000 (38 milliards de dollars). Cette transaction a un montant extrêmement élevé, qui se divise en 17 milliards de dollars en numéraires, et 20 milliards de dollars en nouvelles actions. Pour financer cela, Avago va devoir emprunter 9 milliards de dollars. Par conséquent, le nouveau groupe (qui continuera à utiliser le nom de Broadcom) aura une dette pesant plus de 3,5 fois plus que sa marge opérationnelle annuelle : Avago et Broadcom prennent donc un risque en fusionnant.

Quels sont les avantages d’une telle concentration ?

Plusieurs facteurs rendent les fusions attrayantes : tout d’abord, elles permettent de réduire les coûts généraux, tels que ceux liés à l’administration du groupe. En fusionnant les équipes commerciales, marketings et d’autres, ils est possible de faire des économies. Avago et Broadcom espèrent ainsi diminuer leurs coûts généraux et de R&D de près de 750 millions à terme.

Le second avantage est lui aussi lié aux coûts : un groupe plus grand pourra souvent réaliser des économies d’échelle, c’est-à-dire diminuer les coûts de production grâce à sa taille plus grande. Une entreprise plus grande a en effet un pouvoir de négociation accru avec ses fournisseurs, et peut donc potentiellement diminuer ses coûts.

Mais outre ces réductions de coûts, il y a un facteur majeur qui incite à la concentration horizontale de l’industrie, c’est-à-dire à l’acquisition de concurrents directs sur le même segment d’activité : la compétition est extrême sur ce secteur, et les petits fabricants ont du mal à suivre les grands. Le graphique suivant montre les chiffres d’affaires de quelques entreprises du secteur :

industrie

(en bleu et rouge, les prochaines fusions et acquisitions)

Les américains Intel, Qualcomm, le taiwannais TSMC ou encore les coréens Samsung et Hynix sont des entreprises énormes qui dominent largement le secteur : pour Avago ou Broadcom, s’allier et former un nouveau groupe est une manière de rester dans la course.

De plus, les clients tels qu’Apple sont très sévères dans leur sélection de fournisseurs. Certains parlent de la loi de Cook (du nom de Tim Cook, PDG d’Apple) pour prendre le relais la loi de Moore qui s’essouffle : « la concurrence entre fournisseurs s’accroit exponentiellement pour chaque nouveau fournisseur ou chaque nœud technologique supplémentaire ». Ainsi, diminuer le nombre de concurrents en les acquérant permet au secteur d’être plus stable. Cela permet aussi d’augmenter les marges, car la concurrence très forte dans le secteur des semi-conducteurs force les différents acteurs à baisser leurs prix dans l’espoir d’être choisis par l’un des grands constructeurs.

Il est clair que la tendance de fusions et acquisitions va continuer dans les prochains mois et années : l’industrie devient plus mature, et joue principalement sur la compétitivité-prix, ce qui a pour conséquence soit de forcer les plus faibles fabricants vers la sortie, soit de les rendre vulnérables à des rachats. Si l’acquisition de Broadcom par Avago a presque décroché le record atteint en 2000, la barre des 38 milliards de dollars pourrait bien être dépassée avant la fin de l’année.

 

Cet article a été rédigé pour Cowcotland et peut être retrouvé à l’adresse suivante : http://www.cowcotland.com/news/47862/cowcot-entreprises-concentration-industrie-semi-conducteurs.html

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.