Apple est la société avec la plus grande valeur boursière depuis plusieurs années. La valeur globale des actions est de près de 670 milliards de dollars. Outre ce chiffre titanesque, la hausse du cours de l’action Apple est elle aussi impressionnante.

Applechart

 

On remarque qu’en 2012 Apple a subi un sérieux revers dû notamment à l’échec relatif de l’IPhone 5, mais l’entreprise a su rebondir rapidement, et creuser l’écart avec la deuxième plus grosse entreprise (Microsoft, avec un peu plus de 400 milliards de capitalisation boursière).

L’action Apple est-elle en situation de bulle ? Comment expliquer que le cours de l’action monte autant ?

 

Les rachats d’actions

Les sociétés cotées ont deux principaux moyens de rémunérer leurs actionnaires. La première, et la plus répandue, est de distribuer des dividendes. La seconde, moins répandue en Europe et parfois controversée, consiste à ce que la société en question rachète ses propres actions.

Le rachat d’actions, ou « buyback » en anglais,  permet en effet de rémunérer les actionnaires de deux manières : d’une part en leur rendant une part de l’argent qu’ils ont investi dans l’entreprise, et d’autre part en augmentant la valeur des actions détenues par les investisseurs.

En effet, les rachats d’actions rendent la société plus désirable pour les investisseurs : s’il y a moins d’actions en circulation, alors pour un même niveau de profit, chaque action pourra bénéficier d’une plus grande part du profit : le bénéfice par action augmente même si l’entreprise ne devient pas plus profitable.

Les buybacks posent toutefois certains problèmes : d’une part, ils augmentent artificiellement le cours des actions, et d’autre part, ils se font parfois au détriment de l’investissement : des sociétés comme IBM par exemple se sont endettées pour racheter des actions, au lieu d’investir cet argent pour améliorer leurs performances.

 

Carl Icahn et Apple

Icahnentreprise

Et Apple dans tout cela ? La société à la pomme rachète massivement ses actions. Le plan de rachat actuel prévoit 90 milliards de dollars de rachats d’action début 2014 et décembre 2015. Mais Carl Icahn, l’un des actionnaires les plus notables (1% des parts), estime que l’action est toujours sous-évaluée, et quoi de mieux qu’un rachat d’actions pour faire partager sa vision à l’ensemble du marché ?

Carl Icahn fait donc pression sur la direction d’Apple pour augmenter le montant du buyback. Il est vrai qu’Apple a largement les fonds nécessaires pour procéder à une telle manœuvre. Mais deux questions se posent : cet argent ne serait-il pas mieux utilisé s’il était investi dans l’entreprise ? Il est difficile de répondre à cette question, étant donné le butin fabuleux sur lequel repose Apple, qui ferait pâlir Smaug. La seconde question est plus inquiétante : Comment l’action Apple, malgré les sommets qu’elle atteint, pourrait-elle encore être sous-évaluée ? L’entreprise dotée de la plus grande capitalisation boursière reposerait-elle sur une bulle ?

Il est important de noter que la valeur d’une action repose non seulement sur la valeur intrinsèque de l’entreprise, mais surtout sur la valeur des profits qu’elle sera capable de générer à l’avenir. Or le secteur des nouvelles technologies change à une vitesse très importante, et le futur d’Apple n’est peut-être pas si brillant que le voit Carl Icahn : les constructeurs chinois tels que Xiaomi, Huawei et Lenovo mènent la vie dure à Apple sur le plus grand marché mondial, la Chine. Ces constructeurs sont nouveaux, ils sont innovants, ils sont performants, ont des coûts de fabrication et de marketing extrêmement faibles et ont un business model qui semble plus efficace que celui de leur ainé. Ils sont en bonne route pour s’imposer dans tous les pays émergents, et pourraient décider d’envahir les pays développés.

Les actions Apple reposent donc sur un pari relativement risqué sur l’avenir. Carl Icahn considère que le futur d’Apple est brillant, et veut imposer cette conclusion avec les buybacks qui augmenteront la valeur des actions qu’il détient. Ces rachats d’actions massifs préconisés par Carl Icahn sont vraisemblablement plus une manœuvre de l’actionnaire pour augmenter à moindres frais la valeur de son propre portefeuille plutôt qu’une véritable réflexion sur la valeur d’Apple.

 

Cet article a été rédigé pour Cowcotland et peut être retrouvé à l’adresse suivante :  http://www.cowcotland.com/news/44959/apple-augmente-valeur-actions.html

 

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.