La partie d'échecs n'est pas finie. Après avoir joué sur le "Grexit", Alexis Tsipras présente désormais sa démission ainsi que celle de son gouvernement au président grec. Un coup de maître. Cette annonce fait suite aux dissensions au sein de Syriza. En effet, le vote sur le plan d'aide européen a été un coup dur pour le Premier ministre grec, qui a vu 43 parlementaires du parti, parmi les 149, voter contre ou s'abstenir. Le chef du gouvernement s'offre donc des élections anticipées qui devraient avoir lieu le 20 septembre prochain. L'occasion pour Alexis Tsipras de réaffirmer son autorité, car rappelons que la constitution grecque prévoit qu'un gouvernement minoritaire doit avoir au moins 120 voix  dans la coalition au sein du Parlement.

La Commission européenne s'est rangée du côté de Tsipras, estimant qu'il s'agissait d'une bonne décision. Moody's n'est pas de cet avis, soulignant que cette décision "accroît les inquiétudes sur l'application du programme d'austérité ainsi que les risques sur les futures échéances de dettes du pays". D'ailleurs, les obligations grecques à 10 ans ont déjà grimpé de 21 points de base à 9.56% !

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.