Entre deux négociations avec la Grèce pour ses dettes et les Etats-Unis pour le TTIP, l'Union Européenne a réussi à lancer son plan d'investissement. L'autorisation du premier investissement du "plan Juncker" par la BEI a été signé à Bercy le 23 juillet conjointement par les ministres de l'Economie et des Finances. Le premier projet à bénéficier du plan sera Omnes Capital, un fonds d'investissement français spécialisé dans les énergies renouvelables, pour un montant total de 50 millions d'euros. Par l'effet de levier, le fonds espère investir jusqu'à 1 milliard d'ici 2016.

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne

Le plan d'investissement Juncker est, pour rappel, censé générer 315 milliards d'euros d'investissement sur 3 ans, au travers d'un montant initial de 21 milliards d'euros. Le montage est simple: il s'agit de créer un nouveau fonds, le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI en anglais), qui sera géré par la Banque européenne d’investissement (BEI). Cette institution est déjà, depuis une cinquantaine d’années, la banque de l’Union pour financer les projets d’infrastructure de long terme et qui sera autorisé à emprunter sur les marchés à un taux extrêment bas. M. Juncker avait déclaré à propos de ce plan que :

Chaque euro mis dans ce programme, générerera 15 euros pour la recherche et développement ou les infrastructures .

Reste à déterminer si ce plan fonctionnera aussi bien dans les faits que dans la théorie ...

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.