Cela s'est concrétisé dans un hôtel d'Athènes, à l'abri des regards. la Grèce et ses créanciers sont arrivés à un accord pour un troisième plan d'aide à hauteur de 85 milliards d'euros sur 3 ans. Bien que cet accord dépende encore d'une autorisation politique du côté de l'Union Européenne comme du côté grec, le chantier est bel et bien entamé. Voici les 3 points principaux à retenir:

  • Dettes et déficits: les institutions représentant les principaux créanciers de la Grèce - Commission européenne, MSE, BCE et FMI - exigent un retour de l'excédent primaire à 0.5% pour 2016 (1.75% en 2017 et 3.5% en 2018). Ces derniers tablent toutefois sur un déficit primaire de 0.25% pour 2015. Ces prévisions sont basées sur l'idée que le PIB va se contracter jusqu'à fin 2016 avant de retrouver une croissance en 2017. Sans effort sur le poids de la dette (177% du PIB), le FMI pourrait effectivement refuser de participer au nouveau plan d'aide.
  • Banques grecques: c'est l'autre point crucial de cet accord. Les banques vont recevoir une aide immédiate de l'ordre de 10 milliards d'euros, qui viserait à renflouer les banques en évitant que le "bail-in" prévu par la BRRD ne s'applique directement. En effet, cette directive européenne sur la recapitalisation des banques prévoit que les créanciers directs (y compris senior) essuient les pertes. Ce serait un coup dur pour les ménages, qui font partis des créanciers des quatre principales banques grecques (AlphaBank, Piraeus, NBG et Eurobank). D'autre part, ces 10 milliards ferient partie d'un plan plus large de 20 milliards d'euros, censés également permettre à la Grèce un paiement le 20 août prochain.
  • Privatisations: l'accord prévoit enfin qu'Athènes engage les réformes rapidement, notamment en ce qui concerne les privatisations des actifs d'Etat. Les 50 milliards d'euros de privatisations proviendraient principalement des ports de Pirée et de Thessalonique, ainsi que du secteur ferroviaire et des télécommunications. Un quart du montant obtenu par ces privatisations devrait être alloué aux investissements.
Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.