Non, il n'y aura pas de hausse des taux pour l'instant. Y. Yellen a finalement décidé de suivre la voie préconisée par C. Lagarde, représentante du FMI, mais aussi le bon vouloir de L. Blankfein, PDG de Goldman Sachs. Immédiatement, le Dow Jones perd 100points.

Ce qui est certain c'est que la FED a toujours les mains liées. Certes, l'organe de contrôle de la politique monétaire américaine attend de voir les avancées de l'inflation dans les prochaines semaines, ainsi que des signes plus positifs concernant le marché du travail, mais l'attente commence désormais à être bien longue.

Les marchés restent donc dans l'incertitude pour l'instant. La FED devra sûrement rehausser les taux avant la fin de l'année afin de se dégager des possibilités en cas de crise. Malheureusement, aucun ressort n'a jusqu'à présent réussi à pousser un train selon l'allégorie de Galbraith. Une plus grande volatilité, une hausse probable en fin d'année donc.

Les avocats des émergents plaideront pour l'attentisme. Mais une concertation entre banques centrales permettrait assurément de créer une augmentation commune entre émergents et US, gardant ainsi le différentiel de taux inchangé, et l'attractivité intacte. Episode à suivre.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.