Il y a quelques mois, le régulateur des marchés financiers américains, la SEC, a approuvé la demande de IEX de devenir une bourse à part entière : un "NMS", ou National Market Securities, rejoignant ainsi les rangs des 19 bourses de ce type aux Etats-Unis. Cette candidature a fait couler beaucoup d'encre outre-atlantique, et cela va nous donner l'occasion d'apporter un nouvel éclairage sur ce que sont les bouses. Pour commencer, nous allons nous intéresser à ce que sont les bourses.

Dans le sens commun, on considère généralement qu'une bourse est une plateforme permettant à des investisseurs d'échanger des titres financiers, tels que des actions, des obligations ou d'autres instruments comme des produits dérivés. Si les "trading floors" tels que celui du NYSE à New York sont toujours bien présent dans l'immaginaire collectif, les bourses d'aujourd'hui sont virtuelles et leur manifestation physique la plus proche de la réalité est un datacenter.

NYSE : le floor à New York et un des datacenter au New Jersey
NYSE : le floor à New York et un des datacenter au New Jersey

Un peu de théorie sur les marchés

D'un point de vue économique, les bourses sont la manifestation la plus proche qui soit d'un marché concurrentiel. En effet, ces marchés respectent la plupart des conditions de la Concurrence Pure et Parfaite :

  • Il y a une multitude d'offreurs et de demandeurs sur les marchés financiers.
  • Pour chaque titre particulier, tous les produits sont parfaitement homogènes et identiques, quel que soit l'offreur.
  • Libre entrée et sortie sur le marché : bien que l'accès à certains marchés soit assez restraint, on peut considérer que l'entrée et la sortie sur une bourse sont libres.
  • Libre circulation des biens et services: les titres sont dématérialisés. Ils peuvent ainsi circuler facilement et relativement librement.
  • Transparence de l'information: Cette condition est généralement respectée, même si on peut régulièrement observer des exemples du contraire, tel que le délit d'initié.

Pour chacun des titres échangés, un livre des ordres est tenu à jour en temps réel, permettant de déterminer quelle quantité de titre est disponnible à l'achat ou à la vente pour chaque niveau de prix, à chaque instant donné. Cela permet donc de quantifier l'offre et la demande de ce titre, révélant ainsi les préférences des investisseurs.

On peut ainsi tracer les courbes d'offre et de demande:

livre orders

Le point d'équilibre n'existe que lorsqu'une transaction a lieu. A tout autre instant, les deux courbes ne se coupent pas. Contrairement à des courbes d'offre et de demande théoriques, on ne peut tracer la partie gauche du graphique. Pour s'en convaincre, admettons qu'un offreur soit prêt à vendre un titre à un prix inférieur à ce que le demandeur le moins exigeant est prêt à payer: la transaction a lieu immédiatement, et on revient dans une situation comme ci-dessus, sans intersection.

On admet généralement deux définitions pour un marché en économie: une collection de transactions, ou un ensemble d'intention d'échange. Les bourses correspondent donc de près à la première, à savoir qu'elles représentent une collection de transactions, si on les regarde dans le temps, ou à un ensemble de propositions fermes de transactions; si on les observe à un point donné dans le temps. Comme la courbe ci-dessus, elles ne permettent pas de déterminer trivialement l'ensemble des intentions d'achat et de vente des investisseurs.

Que peut-on faire sur une bourse?

Un autre élément à garder en tête est que les bourses permettent certes d'acheter ou de vendre des titres, mais que ces opérations peuvent prendre des formes très complexes: l'exemple le plus simple est le 'stop loss', un ordre qui permet de ne vendre un titre que si son cours dépasse un seuil pré-déterminé. Si certains ordres sont facile à comprendre et concevoir, d'autres le sont nettement moins, et il existe une centaine d'ordres différents sur les 25 bourses américaines.

Le NYSE permet ainsi d'executer environ 25 ordres différents:

Part du volume d'échange représenté par les types d'ordre sur le NYSE
Part du volume d'échange représenté par les types d'ordre sur le NYSE

Quelle différence entre une bourse et un "Dark Pool"?

Les bourses ne sont pas les seules plateformes permettant d'échanger des titres financiers, tels que des actions ou des obligations. Il est possible pour deux investisseurs de se mettre d'accord sur une transaction en privé. Dans ce cas, il n'y a pas d'intermédiaire. On peut comparer cela au marché du vin: vous pouvez les acheter dans un supermarché ou chez un caviste, auquel cas il y a un intermédiaire clair, mais vous pouvez également aller directement chez le producteur et négocier avec lui.

Cependant, ce genre de transaction réclame plus d'efforts, et des intermédiaires sont quasiment toujours impliqués, tels que des brokers, qui aident à trouver une contrepartie prête à réaliser la transaction désirée. Une autre solution permettant de réaliser des transactions sans passer par un marché public (une bourse), est de réaliser la transaction sur un marché "privé": ces marchés financiers ont des règles différentes des bourses. Notamment, ils choississent leurs participants, leur garantissent plus d'anonymité, et cachent une partie de l'activité du marché au monde extérieur. Ces "dark pools" sont souvent organisés par des banques. Les cinq Dark Pools les plus important en volume de transaction aux Etats-Unis sont les suivants:

top-ats
Source : Statistiques trimestrielles de FINRA

Chacune de ces alternatives présente des avantages et des inconvénients. Les Dark Pools sont attractifs pour des gros investisseurs, qui ne souhaitent pas que le reste des marchés financiers soient trop au fait de leur stratégie, ou de leur désir de vendre ou d'acheter certains titres. Les bourses ont toutefois un avantage: l'information sur les prix y étant publique, les brokers; qui passent des ordres sur les marchés pour le compte d'investisseurs, sont obligés de choisir le meilleur prix offert sur une bourse, lorsqu'un instrument est côté publiquement. Cela est très avantageux pour les investisseurs qui peuvent s'assurer que les intermédiaires auxquels ils font appel agissent bien dans le meilleur intérêt.

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.