À l'heure du questionnement sur l'efficacité de nos bien aimées institutions, un saut dans l'histoire pourrait bien nous éclairer sur l'importance de la refonte d'un certain nombre d'entre elles.

Revenons donc deux siècles en arrière : nous sommes en 1776 et la machine à vapeur fait irruption sur le marché. James Watt, loin de se douter de l'impact de son invention, transforme profondément le mode de fonctionnement de l'économie. En passant d'un système dominé par l'agriculture à un monde majoritairement industriel, les États tutoient alors des taux de croissance jusqu'alors inimaginables et les citoyens profitent d'une hausse globale des niveaux de vie.

L'enseignement de cette Révolution silencieuse - elle s'étale sur près d'un demi-siècle, si bien qu'Adam Smith lui-même ne la remarque pas - est celui souligné par Joel Mokyr dans son livre The Enlightened Economy : les institutions peuvent modeler la croissance.

peinture d'August von Wille
Barmen dans la Wupper Valley, 1870

Cette question est d'autant plus d'actualité que le débat autour de l'Éducation nationale ou de la Sécurité sociale se fait de plus en plus présent. Qu'apprenons-nous de notre passé ?

La science et l'innovation sont des points clés de notre économie. En effet, déjà à la frontière technologique, notre société se doit de favoriser la recherche par tout un arsenal d'armes économiques comprenant une fiscalité adaptée, une législation favorisant la concurrence et les synergies, ainsi qes dépenses publiques rentables dans des domaines innovants (pharmaceutique, aérospatial, informatique, etc.). C'est ce qu'avait entrepris l'Angleterre avec la Royal Society et la mise en place des brevets dès le XVIIe siècle !

L'Éducation est l'autre point essentiel. De nature philosophique et économique, ce problème est de loin celui qu'il convient de traiter avec en  priorité. Philosophique, car il s'agit d'offrir à chacun les chances de prouver, par le biais de la méritocratie, sa valeur dans la société. Économique, car il convient de former une main d'œuvre de qualité dans un économie fondée sur une forte valeur ajoutée. Favoriser les apprentissages, offrir un système semblable à celui de l'Allemagne comprenant non pas un lycée unique mais des établissements spécialisés au sein d'une société où les inégalités ne sont non pas discriminantes mais structurantes, sont autant de mesures s'avérant vitales. Là encore, l'enseignement de notre histoire est clair : des lois Ferry à l'investissement dans les universités outre-Atlantique... que de mesures qui ont favorisé l'émergence d'une Seconde Révolution industrielle!

La question qui reste en suspens est donc la suivante : saurons-nous adapter notre environnement institutionnel à l'actuelle révolution technologique ?

Email this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on TumblrShare on LinkedInShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.